Afin de vous proposer une navigation agréable, notre site utilise des cookies. En continuant sans modifier vos paramètres, vous acceptez notre utilisation des cookies.
OK

Joseph Charles de Gheldere : « De la Formule VW à ma Cox Cabrio, quarante ans de passion »

Devenir membre

VW stories

Joseph Charles de Gheldere : « De la Formule VW à ma Cox Cabrio, quarante ans de passion »

13 décembre 2018

Membre du Belgian VW Classics Club, Joseph Charles de Gheldere, Joël ou encore Joe, pour les intimes, est un personnage. C’est par la compétition qu’il a découvert le monde de Volkswagen. Quarante plus tard, une Cox Cabrio reçue en cadeau lui a permis de le retrouver d’une autre manière. Mais il y a un point commun : la passion.

Joe de Gheldere, un nom que les passionnés du sport automobile des années ’70 connaissent. Aujourd’hui, il est Membre du Belgian VW Classics Club et, vous allez le voir, les deux périodes — bien que séparées de quarante ans — ne sont pas sans point commun. Mais laissons-le raconter son vécu en Volkswagen.

« Tout commence en 1973 lorsque je participe à des cours de la Pilette International Racing School et que je gagne une participation au Volant VW de 1974. Rappelons qu’à l’époque les cours et le Volant se disputaient avec des monoplaces Formule VW, que l’on appelait plutôt Formule Vé d’ailleurs. Je termine ce Volant à la 3e place et je décide d’acheter la Celi Formule VW 1300 de Daniel Herregods. Avec elle, je participe avec succès à plusieurs courses de côte, dont celle de Alle-sur-Semois. Un souvenir étrange puisque je m’étais imposé dans ma catégorie grâce à ma bonne première montée, mais j’avais détruit ma monoplace dans la seconde !

Je suis donc retourné chez le constructeur, Aldo Celi, à Bruxelles. Je lui ai racheté une coque nue, à remonter complètement avec ce qu’il restait de ma voiture. En 1974, j’ai participé à quelques courses en fin de saison en circuit et en 1975 je me suis inscrit dans le Championnat de Belgique de Formule VW. La compétition était bien chargée avec pas moins de 19 courses sur les circuits de Zolder, Nivelles, Zandvoort et Colmarberg. Même si j’ai terminé 4e du championnat, ce ne fut pas de tout repos : j’avais explosé un moteur à Zandvoort et j’avais donc dû retourner chez Aldo Celi pour acheter un ancien bloc 1300cc.

L’année suivante, ce ne sont pas moins de 22 courses qui étaient à mon calendrier, en Belgique et à l’étranger. À cette époque, la Formule VW conserve sa bonne ambiance mais elle se professionnalise aussi avec le Championnat de Belgique, le Bilstein Championnat Benelux et le Championnat d’Europe à Silverstone, en Grande-Bretagne. Enfin, quand je dis « se professionnalise », tout est relatif… Durant cette période, la logistique était simplissime : je mettais ma monoplace sur une remorque, tractée par un Combi VW, voire une Cox ou une VW Variant d’occasion achetée chez VW Recup à Bruxelles. Parfois, il fallait bien secouer latéralement l’auto pour débloquer les tambours arrière… On préparait la voiture dans un petit garage, avec les copains pour sortir le moteur si nécessaire… et m’accompagner bénévolement sur les courses !

À la fin de 1976, j’ai poursuivi ma carrière professionnelle en Grande-Bretagne. J’en ai aussi profité pour découvrir la Formule Vee UK avec deux victoires pour terminer l’année : à Aintree et à Lydden Hill. C’est à ce moment que j’ai eu l’occasion de revendre ma voiture…

Durant l’année 1977, j’ai participé encore à quelques courses en louant des autos chez Scorpion Race Hire où m’a rejoint un certain Jean-Claude Delatte, qui avait auparavant travaillé chez Celi et qui est devenu aujourd’hui le coordinateur du Belgian VW Classics Club.

La suite de ma carrière automobile se déroulera essentiellement en Production/Voitures de Tourisme (Ford Capri Spice et BMW Luigi ) et aux 24 Heures (4 participations aux 24 Heures de Francorchamps avec notamment une victoire dans la Coupe du Roi en 1978). Ma dernière compétition fut en 1979. Encore un drôle de souvenir… J’avais bien qualifié l’auto, mais je n’ai pas roulé en course car celle-ci a été détruite avant que je n’en prenne le volant… Ce fut le clap de fin.

La suite sera plus calme. Ma vie professionnelle (qui passa également par Dallas, au Texas, New York, Paris et la création du département Consulting de KPMG Belgique) prenait en effet tout mon temps.

Tout le monde sait néanmoins que j’ai gardé un faible pour les voitures et particulièrement pour les Volkswagen. En 2013, soit 40 ans après mes premiers tours de roues en Formule VW 1300, j’ai reçu un magnifique cadeau pour mes 65 ans : une jolie VW Cox Cabrio en provenance des USA.  Depuis, « Pat Cox » s’en est fort bien occupé. Avec mon expérience, nous l’avons améliorée (moteur, suspension avant et freins) et elle est maintenant comme je l’entends : faite pour le plaisir de rouler ! C’est une voiture agréable, assez rare (il n’y a pas beaucoup de cabriolet 4 places), facile à entretenir, fiable et je m’en sers maintenant pour des balades sympas, dont des rallyes du Belgian VW Classics Club et le Rallye Classic 21. Ainsi, on peut dire que la boucle est bouclée ! »

 

(Si vous aussi vous êtes Membre du Belgian VW Classics Club et que vous avez de belles histoires à nous raconter concernant votre voiture et/ou votre passion pour Volkswagen, n’hésitez pas à contacter Jean-Claude Delatte : classics@belgianvwclub.be).